• A sheltering roof

WEEK 11 - LES PIEDS DANS L'EAU


Poésie en Gambie. Cette semaine quelques rimes pour rythmer la routine...

Matin pluvieux pour un départ heureux,

A l'aube nous marchons, les flaques nous affrontons.

En direction de la capitale, la chaleur est infernale

Et nous arrivons couverts de sable dans notre auberge confortable.

L'épreuve de la charpente nous hante,

Si bien que nous en discutons jusqu'à cinq heures tappante.

Mais pas un voyage abouti

Sans un détour par la plage endormie.


Réveil tardif sur la vlle de Serekunda

Sur la côte de la Gambia.

Cette étendue de sable s'ouvre sur l'océan à perte de vue,

C'est dimanche et l'activité y est soutenue.

Epaulés de Jim, fidèle compagnon de notre projet de construction,

Nous partageons des discussions au rythme des sportifs en action.

Satisfaits de notre journée, nous partageons quelques mets

Face à un coucher de soleil aux subtiles dégradés,

Pendant que d'autres restent fdèles au restaurant le Djé-Djé.


C'est dans un élan de motivation, qu'Isa, Camille, Rémy et moi,

Partons le lendemain en expédition, du côté de Barra.

La traversée se fait non sans encombre,

Par le biais d'un ferry sombre de monde.

Nous laissons l'effervescence de la ville

Pour un coin de plage plus tranquille.

Nous arpentons un endroit bien désert

D'où les pêcheurs partent en mer.

Des hommes façonnent leur pirogue pendant que d'autres voguent.

Une partie de la team est au repos,

Les autres bercées par le rythme des flots,

Echangent les savoirs avec les locaux.

La chaleur implique des baignades à la fraiche,

Routine journalière adapté à la saison sèche.

Au loin les vagues se déchainent,

Dans l'eau les hommes à la planche se démènent.

La nage nous creuse et gloutons que nous sommes,

La faim nous emporte vers un diner hors normes.

Poulet ou poisson braisé avec assortiments complets,

Préparé avec soin dans l'antre de Kadié Kadié.

Le lendemain une troupe s'occupe des emplettes

Pendant que d'autres vaguent à la sieste.

Notre rendez-vous salé du soir

S'accompagne de rencontres aléatoires.

Alors que le ciel se couvre de nuages,

Nous nous satisfaisons d'un jus frais près du rivage.

Un premier groupe est sur le départ

Mais nous continuons sans un soupçon de désespoir.

C'est autour d'un festin commun

Que Bubbah nous apprend un chant plein d'entrain,

Natalia wélé wélé natalia yiéééé, Natalia, toulon nin' djielo la manalia tiniarila

Dans un élan chantant,

Nous partons pour un bain de plancton phosphorescent.

La tempête se fait savoir,

Les éclairs scintillent dans le noir.

Ce voyage prend fin sur un belvédère bordant la mer,

Dans un silence synonyme de bien-être.

A notre retour, requinqués de ce long séjour,

Nous découvrons les volontaires, fraîches pour un nouveau jour.

Marie et Flo ne se cachent pas de leur repos dodu,

Qu'ils auront agrémenté d'un charmant steak de zébu.

Sans oublier l'évènement de la semaine précédente,

Ils alterneront entre farniente et réunions de chantier pour la charpente.

L'ambiance générale est à son apogée,

Tous reposés et apaisés d'une coupure méritée.

Nous repartons avec des idées plein le sac à dos

En ce souvenir de nos pieds dans l'eau.

Siarah Sanneh (Lisa Miallion)





257 vues